3,5% DE LA POPULATION SERAIT AGORAPHOBE

Les personnes atteintes d’agoraphobie ont souvent du mal à se sentir en sécurité dans un lieu public, en particulier là où les foules se rassemblent. Vous pourriez avoir besoin d’un compagnon, comme un parent ou un ami, pour vous y accompagner. La peur peut être si développée que vous pourriez vous sentir incapable de quitter votre domicile.

 

Sur cette page :

 

Dans les années 1990, l’un des premiers films faisant l’objet d’ un cas d’agoraphobie était décrit en détail. Une psychologue  (Sigourney Weaver) qui interprète cette fiction s’inquiète du simple fait de quitter son appartement quelques secondes pour attraper le journal.

 

Extrait du film

Bien entendu, et aussi frappant que puisse paraître la scène, elle ne sert pas à comprendre en quoi consiste ce trouble d'anxiété, mais il nous confronte à un cas extrême d'agoraphobie afin que nous puissions voir dans quelle mesure la qualité de vie d'une personne peut être limitée et que nous comprenions mieux le comportement de cette personne. Dans le même temps, il est évident que les crises d'anxiété engendrées par ce trouble peuvent devenir très impressionnantes et être présentes dans de nombreuses sphères de la vie autour d'une personne.

 

Mais, bien que l'agoraphobie soit si choquante et que ses conséquences puissent devenir aussi palpables, on ne peut pas pour autant dire qu'il est facile de comprendre ce qu'une personne vit. Lire ce qui vient ensuite peut vous aider à dessiner un tableau un peu plus détaillé de ce type de phobie et à en connaître les principaux symptômes.

 

Premièrement, il est important de garder à l’esprit que l’anxiété peut parfois être normale, surtout lorsque nous sommes très stressés par des circonstances professionnelles ou familiales, pour ne citer que quelques exemples.

 

Mais nous devons garder à l’esprit que lorsque l’anxiété est persistante et ne peut être maîtrisée, il peut s’agir du trouble connu sous le nom d’anxiété généralisée.

 

D’autre part, il est possible que ce type de trouble se manifeste aussi bien chez les enfants qu’à l’âge adulte, et ses symptômes peuvent être similaires à ceux d’un trouble panique, mais il s’agit d’une maladie différente, par l’intensité et les variations de leurs symptômes. 

Le diagnostic et les symptômes

Chez les personnes souffrant d’agoraphobie, les symptômes peuvent être de nature et d’intensité diverses, toujours autour des sentiments de peur et d’anxiété lorsqu’elles sont prises dans une situation ou un endroit donné. Quels sont les indices les plus fréquents ? Il peut y avoir des signes de tachycardie (un coeur qui bat anormalement vite), sensation de noyade, picotements, transpiration excessive ou vertiges, voire même altération de la perception. Tous ces symptômes désagréables trouve généralement leur origine dans une situation stressante ou d’anxiété élevée qui engendre chez la personne la peur de reproduire ces mêmes effets. Bref, un cercle vicieux.

 

Si vous souffrez de ce type de symptômes, il vous faudra effectuer un diagnostic différentiel auprès d'un médecin, qui vous permettra de vérifier votre état global et de commencer un travailler bien spécifique pour commencer surmonter votre trouble. Ceux-ci peuvent engendrer une spirale d’anxiété et limiter de plus en plus la vie quotidienne, en empêchant le patient de rester serein et tranquille dans divers lieux ou situations. Prenons quelques exemples de symptômes présents chez la plupart des patients : 

LA DISTANCIATION

Quand nous parlons de distanciation, nous faisons allusion à une perception du monde jugée comme irréelle ou étrange. Des expressions la définisse comme :

 

« Je me sens comme étourdi, avec un sentiment d’impuissance, car à ce moment-là je ne peux penser qu’à ce qui m’arrive; je me sens sans force, sans défense et je me remémore ce sentiment comme l’une des pires sensations de mon agoraphobie. »

 

Voir aussiles 5 situations les plus redoutés de l'agoraphobe

 

« Pour moi, ce sentiment, c’est comme si tout était dans un film, on dirait que tu le regardes de l’extérieur, d’en haut, je ne sais pas. La vision n’est pas normale, on dirait que je n'entends plus de la même manière, et j’ai l’impression que je ne vais plus rien comprendre… »

 

« Je ne dis pas que la réalité se déforme, mais c’est très proche de cela (Le cri de Münch me rappelle beaucoup ce que je vois).  »

D’autres descriptions de ces expériences :

- Comme dans un rêve

- Irréel, étrange

- Comme si tu marchais dans les airs

- Comme si ce n’était pas avec moi

DÉPERSONNALISATION 

Il est vrai que chaque terme parle d’une expérience différente. Par "dépersonnalisation", nous évoquons  la sensation d’étrangeté par rapport au "soi". Quelques phrases d'exemples de témoignages :

« C’est comme si ton corps et ton esprit ne t’appartenaient pas, du moins pour moi pour la dépersonnalisation, je n’ai aucun contrôle sur ça, même si j’essaie de me détendre et de penser à autre chose, je sens mon corps d'une manière très étrange… »

 

« J’ai l’impression que mes mouvements sont comme un robot, si je tourne la tête, c’est comme si la vision partait en blocs. »

D’autres descriptions de ces expériences :

- Séparé du corps humain

- Si je parle, je m’entends comme à l’intérieur

- Irréel, bizarre

- Comme si tu sortais de ton corps

SENSATION DE VERTIGES ET PEUR DE L’ÉVANOUISSEMENT 

Le mal de mer est une analogie souvent évoquée par les agoraphobes. Pourquoi ? Car d'’un côté, nous évoquons une peur intense de perdre le contrôle, c’est-à-dire, dans ce cas, de perdre conscience des choses, peur de perdre le contact. D’un autre côté, on a peur d’être ridiculisés, d’être considérés comme faibles ou différent, pire même, complètement ivres. Non seulement seuls, mais aussi d’être exclus des autres.

 

 Voir aussi : les causes de l’agoraphobie 


« Je ne me suis jamais évanoui. Mais j’ai toujours eu peur de ça, peut-être un peu moins aujourd'hui. Aujourd'hui, je vieillis et peu à peu les choses m'importent moins, vous comprenez, comme d'être pris pour un ivrogne alors que je ne boit pas une goutte d'alcool. Avec le temps je deviens plus fort pour ne pas perdre connaissance bien que parfois tout me vient au visage et il est très difficile de tout contrôler. En revanche, je suis toujours préoccupé par le fait que celui qui m’accompagne ait peur à cause de moi, c’est pourquoi j’essaie de ne rien dire de ce que je ressens en ce moment. »

 

La honte peut accompagner la panique et l’agoraphobie, car parfois, ce qui peut nous inquiéter, c’est de montrer aux autres notre peur et notre anxiété, avec la crainte de ne pas être compris, voire rejetés. 

HYPERVENTILATION ET SENSATION DE NOYADE

Savez-vous qu’un très grand pourcentage des crises d’anxiété sont intimement liées à la façon dont nous respirons ? L’hyperventilation est un phénomène respiratoire lié aux personnes souffrant de crises d’anxiété. En fait, certaines théories sur l'état de panique suggèrent que les personnes souffrant de crises d’anxiété peuvent avoir des organismes plus sensibles aux changements respiratoires, et plus vulnérables à l’hyperventilation.

 

Respirer dans un sac en papier est un moyen pratique d’équilibrer les niveaux d’oxygène et d’anhydride carbonique, car les gens respirent leur propre CO2, ce qui équilibre le rapport CO2/O2. L’hyperventilation est la respiration qui est au-dessus des besoins de notre corps, une partie très importante dans la génération des sensations de panique, et le contrôle sur elle va nous fournir une des clés les plus importantes pour gérer l’anxiété.

 

Parmi les conséquences catastrophiques des symptômes qu’anticipent à tort les agoraphobes, on trouve : s’évanouir, avoir une crise cardiaque, mourir, crier, perdre le contrôle, devenir fou, vomir, se noyer.

 

Il est très important de souligner que ces informations ne sont qu’indicatives et que seul un spécialiste peut diagnostiquer un cas d’agoraphobie.

Voir aussi : traiter l'agoraphobie avec l’hypnose  les causes de l’agoraphobie • l'agoraphobie et le travail • les 5 situations les plus redoutés de l'agoraphobe

 

Sources et références :

Adamec, C. (2010). The Encyclopedia of Phobias, Fears, and Anxieties, Third Edition. Infobase Publishing. p. 328.

American Psychiatric Association (2013), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (5th ed.), Arlington: American Psychiatric Publishing.

Badós, A. (2006). Tratando pánico y agorafobia. Madrid: Pirámide.

Hersen, M. y Last, C. (1985/1993). Manual de casos de terapia de conducta. Bilbao: Desclée de Brouwer.

Le déroulement d'une séance « Détendez-vous ! »

35 minutes à 1h30

Présentation

Vous apprenez à connaitre votre praticien, tout comme lui apprend à vous connaître. N’hésitez pas à lui faire part de vos appréhensions s’il y en a, il sera disposé à répondre à toutes vos questions. Le praticien considère ce que vous êtes en tant que personne dans son ensemble, et pas uniquement la problématique que vous amenez : vous êtes bien plus que votre problème et cette notion est importante pour que le changement soit durable et efficace.

Vos objectifs

Lors de cette deuxième partie, vous et votre praticien évoquerez les objectifs fixés. Il s’agit ici d’en savoir plus sur les raisons de cette séance, et les buts à atteindre pour que vous vous sentiez mieux.

Explication du travail à faire

Maintenant, le praticien à une idée de la manière dont le travail va s’effectuer. Il va vous expliquer le déroulement de la séance et vous guider. Sentez-vous libre d’exprimer ce que vous ressentez et ce dont vous avez besoin pour vous sentir au mieux pendant la séance.

La séance

« Dormez, je le veux ! » Cette formule légendaire est désormais réservée au music-hall… Pratiquée par un praticien, l’hypnose est déclenchée de manière très progressive. Vous êtes libre de parler et de répondre si vous en avez envie ou de répondre intérieurement aux questions et aux phrases qui sont dites. Tout ce que vous aurez besoin de savoir, c'est qu'a partir de maintenant le changement est en marche.

Le réveil

Même si l’état d’hypnose est loin d’être un état de sommeil, nous parlons de « réveil », une façon de revenir à la surface pour profiter des changements qui se sont effectués. Cette dernière étape est souvent l'occasion d’échanger avec son praticien sur la manière dont s'est déroulée la séance.

Présentation Vos objectifs Explication du travail à faire La séance Le réveil