[PRESSE] Rio-2016 / L'hypnose pour mieux pagayer

Les sportifs et l'hypnose
Les sportifs et l'hypnose

Gagner en attention et en concentration pour un effort violent mais fugace. Dans le registre de la préparation mentale, l’hypnose semble tracer son chemin dans le sillon de certains kayakistes français.

Les paupières lourdes, mais l’esprit plus léger.

Certains pagayeurs de l’équipe de France de canoë-kayak en ligne ont adopté l’hypnose pour améliorer leur récupération et leur concentration, comme Maxime Beaumont et Thomas Simart, attendus aujourd’hui en finale des jeux Olympiques de Rio.

Loin des pendules qui oscillent et des magnétiseurs de music-hall, ces techniques de relaxation mentale ne sont pas inutiles dans cette discipline. C’est un sport qui réclame attention et relâchement, avec des efforts très violents (une trentaine de secondes pour un 200 m), le besoin de bien glisser sur l’eau et, pour les équipages, la nécessité de coordonner les coups de pagaie.

« L’hypnose, souvent, on imagine un pendule qui défile devant les yeux. Mais ce n’est pas du tout ça », décrypte Maxime Beaumont, vice-champion du monde de kayak monoplace (K1) sur 200 m.

Lui fait appel à des vidéos où un psychologue parle d’une voix douce, avec un vocabulaire choisi. Et le kayakiste, qui avait échoué à la quatrième place aux JO de Londres pour seulement trois centièmes, utilise cette technique pour se relaxer et mieux dormir les veilles de grands rendez-vous.

« J’ai tendance à avoir le sommeil un peu dérangé du fait du stress ou de la pression », raconte-t-il.

Le Champardennais Étienne Hubert, pas convaincu

« Généralement, on n’en parle pas trop, ce sont plutôt des choses personnelles », commente le kayakiste Sedanais Étienne Hubert, aligné sur K2 1000 m et K4 1000 m à Rio, qui garde un avis réservé sur la question.

Arrivés cinquième temps de la demi-finale du biplace 1000 m messieurs, Étienne Hubert et son compatriote Arnaud Hybois ont été éliminés. Seuls les trois premiers sont qualifiés pour la finale.

Mais l’Ardennais ne quitte pas les jeux pour autant. Demain, il concourra en K4 avec d’autres coéquipiers.

 

Article paru sur L'est-éclair.

 

facebook