Traiter une addiction aux jeux d'argents avec l'hypnose

IL EST TOUT À FAIT POSSIBLE DE TRAITER UNE ADDICTION AUX JEUX D’ARGENT AVEC L’HYPNOSE.

Casino, jeux de grattage, tiercé, poker en ligne et autres jeux d’argent sont une addiction voire souvent une polyaddiction (jouer à plusieurs jeux). Nombreux ont une addiction aux jeux qui leur fait perdre beaucoup d'argent et souvent quelques proches. Certains, et pas des moindres, se sont ruinés au jeu.

 

Les joueurs compulsifs souffrent de dépendance, au même titre que les fumeurs et les alcooliques. Le joueur joue excessivement parce qu’il a atteint un stade où il ne peut pas s’en empêcher, il a perdu le contrôle et est entièrement dépendant aux jeux malgré les conséquences sur sa vie familiale et financière.

 

Sur cette page :

 

QU’EST-CE QUE LE JEU ?

La nature du jeu

Certes, le jeu est à bien des égards, un jeu : il implique qu’une personne se mette en avant pour relever un défi et en utilisant ses compétences, une tactique ou la probabilité de gagner. Pour une certaine catégorie de jeux, l’idée de « perdre » est conceptuelle, ce qui signifie que personne ne perd vraiment au sens littéral du terme : les perdants passent tout simplement à côté d’une victoire. Par exemple : pensez à un show télévisé ou les deux équipes jouent pour un prix. À la fin, une seule équipe rentre chez elle avec l’argent et l’autre rentre les poches vides. Mais personne ne perd vraiment son propre argent et le seul élément de risque est de perdre l’argent qui n’a pas été gagné.

 

« Gagner » peut-être aussi conceptuelle. Pensez à certains jeux de société en famille telle que Trivial Pursuit ou Monopoly - personne ne gagne de l’argent, tout le monde joue assez simplement pour se procurer un sentiment de plaisir, d’excitation et de réussite, en toute convivialité.

 

Avec le jeu, les notions de « gagner » et « perdre » sont beaucoup plus concrètes et en tant que tel, beaucoup plus dangereux. Si vous perdez un pari, vous perdez de l’argent ou d’autres actifs. Si vous gagnez, vous gagnez de l’argent ou d’autres actifs. Plus vous vous engagez financièrement ou matériellement, plus vous pourriez potentiellement perdre ou gagner.

 

Cela ne veut pas dire que les gens ne jouent pas « pour le plaisir ». Des millions de personnes jouent au travers des paris sur des évènements sportifs tels que les courses de chevaux, les courses de chiens, le football ou le rugby, simplement pour le plaisir. Par exemple, de nombreuses familles jouent chaque année à la loterie nationale.


"Le jeu n’est pas un problème pour la grande majorité des gens. En fait, le jeu est aussi vieux que la civilisation humaine elle-même."

POURQUOI NOUS JOUONS ?

De toute évidence, le jeu est quelque chose qui fait appel à l’esprit humain, comme il l’a fait pendant des milliers d’années. Alors, pourquoi nous le faisons alors même que nous savons que « la maison gagne toujours » ? Cela signifie que les casinos et les boutiques de paris s’organisent méticuleusement de manière à tirer profit des pertes de leurs joueurs. En somme, les joueurs sont plus susceptibles de perdre que de gagner. Que trouvons-nous de si attrayant dans cette prise de risque ? Et qui sont ces gens qui se refusent à prendre des risques ?

La biologique :

Des recherches récentes ont révélé qu’il peut y avoir une raison biochimique qui expliquerait pourquoi certaines personnes aiment prendre des risques et d’autres ne le font pas. Les résultats ont montré que la dopamine, la substance chimique du bien-être produite par le cerveau, pourrait être une grande partie de la raison.


Pour illustrer cette idée, les chercheurs ont comparé les scanners du cerveau d’un groupe de personnes « accros à l’adrénaline » (personnes qui cherchent activement des risques et des sensations fortes) contre les analyses d’un groupe « normal ». Ils ont constaté que les accros à l’adrénaline avaient moins de récepteurs qui inhibaient la dopamine.

 

Système de récompense

Source : CNRS

 

Les récepteurs inhibant la dopamine agissent pour réguler la quantité de dopamine dans le cerveau. L’absence de ces récepteurs se traduit par un excès de dopamine dans le cerveau. Serait-ce la raison pour laquelle les « accros à l’adrénaline » obtiennent plus de plaisirs dans la prise de risque que ceux qui sont en général plus prudents ? Ces résultats pourraient expliquer pourquoi certaines personnes ressentent le besoin de prendre de plus en plus de risque pour augmenter cette sensation de plaisirs auquel leur cerveau s’habitue de manière graduelle. C’est ce mécanisme qui conduit à une dépendance, à la recherche d’un « shoot sensationnel ».

 

Ceci est actuellement une hypothèse très controversée dans le domaine de l’étude de la toxicomanie et les scientifiques ont besoin de plus de preuves avant de pouvoir développer avec succès des traitements sur la base de cette conclusion.

L’émotion :

Prendre des risques fait partie de la nature humaine. Comme les chasseurs d’autrefois que nous étions, nous sommes plus ou moins à la recherche de sensations, à différents niveaux. Mais toutes ces caractéristiques primitives d’avant ne peuvent plus être pleinement satisfaites dans une société civilisée comme aujourd’hui, ce qui fait du jeu un passe-temps idéal. Il stimule l’esprit, l’énergie et donne un but et de l’ambition pour certains. Ces composantes sont particulièrement attrayantes pour une personne qui ne connait pas encore tous les aspects positifs et négatifs de la vie.

Les états émotionnels supposés conduire à une dépendance au jeu comprennent :

Une faible estime de soi - Les personnes souffrant d’une faible estime d’eux-mêmes peuvent trouver dans le jeu une forme de réussite.

Le manque d’objectifs - Certaines personnes sont en manque d’ambition et réussir quelque chose peut les conduire à penser que tous leurs échecs du passé seront compensés à mesure qu’ils gagnent, une fois encore.
Le stress – Les situations parfois stressantes peuvent nous conduire à rechercher une forme d’évasion. Certains d’entre nous vont acheter un livre, un DVD ou se plonger dans un jeu vidéo. D’autres choisissent le jeu comme un moyen d’évasion et l’utilisent pour se distraire des problèmes de la vie.

Dépression - La dépression peut conduire à un manque total de sentiment ou d’émotion. Ce sentiment de « léthargie » peut nous amener à rechercher des activités qui nous font sentir à nouveau en vie. L’excitation de prendre un risque peut sembler très attrayant pour une personne qui n’a pas ressenti quoi que ce soit dans un temps long.

AVEZ-VOUS UNE DÉPENDANCE AU JEU ?

Il y a une grande différence entre une personne qui fait un pari quelques fois par an et une autre qui ne peut pas passer une journée sans parier. Mais où se trouve la ligne rouge ? Comment savoir si vous l’avez passée ?

Reconnaitre une dépendance au jeu :

Il y a un certain nombre de signes à regarder pour savoir si vous avez développé une dépendance aux jeux, en voici quelques-uns :

  • Dépenser trop d’argent - souvent plus que vous n’en avez
  • Difficultés pour arrêter de jouer
  • Isolement
  • Perte d’intérêt pour la socialisation ou d’autres passe-temps
  • Penser sans cesse au jeu
  • Mentir ou cacher son addiction aux autres
  • Se retrouver dans des difficultés financières à cause du jeu
  • Emprunter de l’argent, vendre des objets ou ignorer ses factures pour financer le jeu
  • Besoin de risquer de grandes quantités d’argent pour obtenir plus de sentiments de plaisirs
  • Négliger ses responsabilités
  • Se sentir déprimé et misérable
  • Idées noires parfois

VIVRE AVEC UNE DÉPENDANCE AU JEU

Comme avec tous les comportements compulsifs et incontrôlables, vivre avec une dépendance au jeu peut avoir des effets négatifs sérieux sur tous les aspects de la vie d’un dépendant :


Le gout à la vie

La dépendance au jeu est un facteur qui a le pouvoir de vous isoler et les victimes ont tendance à devenir de plus en plus secrètes et discrètes à mesure qu’ils perdent le contrôle de leur volonté.


Les partenaires

Regarder votre partenaire se battre face à une dépendance peut être extrêmement pénible. Souvent, la première réaction lorsque la personne découvre l’addiction de son partenaire est la colère.

Les conjoints peuvent trouver d’énormes quantités d’argent manquantes sur leur compte bancaire, ou découvrir dans certains cas extrêmes qu’ils sont expulsés de leur domicile en raison d’une incapacité à payer le loyer. Dans ces situations financières stressantes, il est souvent difficile de se sentir compatissant. Malheureusement, de nombreux couples se décomposent sur ces questions financières et la colère et la confusion peuvent remplacer l’amour que nous ressentons pour quelqu’un.


Sortir ensemble

Beaucoup de joueurs célibataires trouvent qu’il est difficile de maintenir une vie amoureuse. En effet, pour eux, obtenir leur prochain shoot de plaisirs est la chose la plus importante dans leur vie, bien plus que tout le reste. Et parier sur sa vie amoureuse n’est certainement pas la meilleure des choses à faire !

 

Cela peut conduire à une forme de solitude et d’isolement, ce qui augmente la probabilité de jouer et d’amener sa victime à la dépression. Les joueurs célibataires sont encore plus poussés à jouer, car ils ont ce sentiment de n’avoir rien à perdre. Ils ne seront pas aidés par leur partenaire et la spirale peut être d’autant plus vertigineuse.


Amis et famille
La dépendance au jeu a un effet domino sur la vie de la famille et les amis. Parfois, les dépendants finissent par voler des gens qui leur sont proches parce qu’ils croient fermement qu’ils seront en mesure de gagner beaucoup plus en retour et de leur rendre leurs gains plus des bénéfices. Inévitablement, ils perdent. Certains passent même par la case prison. La dépendance au jeu d’une personne peut aussi avoir un effet terrible sur leurs enfants. Que leur arrivera-t-il lorsqu’ils auront tout perdu ? Ils ont tendance à vivre dans le déni, en comptant sans cesse sur la prochaine victoire et refusant de penser à ce qui arriverait à leurs enfants s’ils perdaient leur argent, leurs biens ou leur maison.


Travail
Les dépendants souffrent souvent de trouble du sommeil, car souvent, ils jouent une bonne partie de la nuit. Cela les rend plus susceptibles d’arriver en retard au travail et ils se sentent physiquement et émotionnellement épuisés. Parfois, le moment de jouer arrive alors qu’ils sont au travail et ne peuvent s’empêcher de se connecter. Parfois, ils se font prendre avec toutes les conséquences ….

Un joueur compulsif au chômage sera toujours tenté de parier pour tenter de se refaire. Cela peut entrainer d’énormes dettes et conduire à des situations dramatiques.


« Les taux de tentatives de suicide chez les joueurs compulsifs sont plus de deux fois plus élevés que la moyenne »

COMMENT COMBATTRE L’ADDICTION AUX JEUX D’ARGENT ?

séance d'hypnose

 

L’hypnose est un outil très puissant pour aider ceux qui ont des problèmes de jeu, en les aidant à reprendre le contrôle de leurs pulsions.

 

Votre cerveau a inscrit un schéma bien précis dans votre esprit. Pour vous procurer des sensations, vous devez jouer sinon, vous êtres malheureux. Cette réponse émotionnelle s’est gravée dans votre cerveau pour devenir une réalité immuable à laquelle il vous très difficile, voire impossible de déroger.

 

Il n’est pas rare d’entendre « j’aimerai arrêter de jouer, mais je ne peux pas ! » En effet, tout se joue ici dans l’inconscient. Prenez l’exemple d’un fumeur. Il ne peut pas ignorer les dangers de la cigarette avec toutes ces campagnes de publicité, tout le monde sait qu’un fumeur sur deux va mourir des causes de son addiction pourtant, ces 50 % de fumeurs n’ont pas particulièrement envie de mourir. C’est très étonnant, mais c’est humain. Une fois dans votre passé, vous avez vécu une expérience ou une émotion à laquelle vous apportez une mauvaise réponse : fumer, boire … jouer aux jeux. Cette réponse n’était certainement pas la meilleure des choses à faire, mais votre cerveau inscrit cette réponse devenue automatique, dans l’inconscient.

 

C’est donc là qu’il faut allez chercher. Et il se trouve que l’hypnose est de loin le moyen le plus efficace d’y accéder. Lors d’une séance d’hypnose, vous serez, très progressivement, amené dans un état de profonde relaxation ou votre cerveau abaissera tellement sa vigilance que votre praticien pourra dicter des suggestions qui seront directement adressées à l’inconscient, devenu ultra réceptif.

 

Ce sont ces suggestions qui imprimeront un nouveau schéma dans votre inconscient, ou l’addiction aux jeux ne représente plus une réponse vitale synonyme pour vous de bien être. Ce ne sera plus une nécessité.

 

Le travail de l’hypnose vous permettra de répondre à la pression quotidienne, autrement que par le jeu. Elle permettra de rompre ce schéma qui vous a fait penser que le jeu était un mode de vie.


Dans un deuxième temps, le praticien pourra vous apprendre des techniques d’autohypnose pour vous permettre de résister aux éventuelles pulsions quotidiennes.

 

 

La durée du travail en hypnose pour se débarrasser d’une addiction aux jeux d’argents variera d’un patient à l’autre, mais quelques séances suffiront pour venir à bout de ce trouble. Si vous avez des questions à ce sujet ou si vous souhaitez prendre rendez-vous, n’hésitez pas à discuter directement avec les praticiens que nous conseillons sur notre plateforme.

 

L’Hypnose thérapeutique est reconnue comme un moyen efficace de traiter divers problèmes, et de plus en plus de professionnels de la médecine recommandent cette technique.

Le déroulement d'une séance « Détendez-vous ! »

35 minutes à 1h30

Présentation

Vous apprenez à connaitre votre praticien, tout comme lui apprend à vous connaître. N’hésitez pas à lui faire part de vos appréhensions s’il y en a, il sera disposé à répondre à toutes vos questions. Le praticien considère ce que vous êtes en tant que personne dans son ensemble, et pas uniquement la problématique que vous amenez : vous êtes bien plus que votre problème et cette notion est importante pour que le changement soit durable et efficace.

Vos objectifs

Lors de cette deuxième partie, vous et votre praticien évoquerez les objectifs fixés. Il s’agit ici d’en savoir plus sur les raisons de cette séance, et les buts à atteindre pour que vous vous sentiez mieux.

Explication du travail à faire

Maintenant, le praticien à une idée de la manière dont le travail va s’effectuer. Il va vous expliquer le déroulement de la séance et vous guider. Sentez-vous libre d’exprimer ce que vous ressentez et ce dont vous avez besoin pour vous sentir au mieux pendant la séance.

La séance

« Dormez, je le veux ! » Cette formule légendaire est désormais réservée au music-hall… Pratiquée par un praticien, l’hypnose est déclenchée de manière très progressive. Vous êtes libre de parler et de répondre si vous en avez envie ou de répondre intérieurement aux questions et aux phrases qui sont dites. Tout ce que vous aurez besoin de savoir, c'est qu'a partir de maintenant le changement est en marche.

Le réveil

Même si l’état d’hypnose est loin d’être un état de sommeil, nous parlons de « réveil », une façon de revenir à la surface pour profiter des changements qui se sont effectués. Cette dernière étape est souvent l'occasion d’échanger avec son praticien sur la manière dont s'est déroulée la séance.

Présentation Vos objectifs Explication du travail à faire La séance Le réveil