Les idées reçues sur l'hypnose

Les idées reçues de l'hypnose - Laurie le Borgès

Les idées reçues sur l’hypnose sont nombreuses et continuent de perdurer : c’est de la magie, de la manipulation… L’hypnose de spectacle ou l'hypnose de rue engendrent beaucoup de croyances sur ce qu’est l’hypnose.

Messmer, une des références dans le domaine, est connu pour ses shows spectaculaires. De nombreux clichés se forment, dont certains sont à côté de la réalité.

" Vous ne me ferez pas dire n'importe quoi! "

La peur de dire des choses secrètes ou de perdre le contrôle sous hypnose existent. Or, vous ne faites jamais rien contre votre gré. L’hypnose fonctionne uniquement si vous êtes d’accord avec ce qui se passe. Si cela va à l’encontre de vos valeurs profondes, vous ne le ferez pas. Nous ne dormons pas en hypnose, le conscient est toujours présent et nous avons des "gardes-fous" pour nous protéger si quelque chose ne nous convient pas.


Dans les spectacles d'hypnose, le public a acheté les billets pour assister au spectacle. La curiosité est très présente, une ouverture d'esprit sur le sujet est là pour un certain nombre de spectateurs. L'hypnotiseur fait ensuite des tests et met tout le monde en léger état d'hypnose pour repérer les personnes les plus réceptives. En effet, en moyenne, 10% de la population part plus rapidement en état d'hypnose que les autres. Ce qui apporte le coté spectaculaire de l'hypnose : des personnes consentantes et qui ont ces facilités à entrer en hypnose assurent un show impressionnant.


Dans un autre cadre, celui thérapeutique, le principe est très différent : il s'agit de réapprendre la gestion de ces émotions pour ne plus en être “esclave”. Le travail se base sur l’élimination du négatif qu'on ne souhaite plus avoir pour installer les éléments positifs que l'on aimerait. Les personnes sont également consentantes pour pouvoir avancer et résoudre leur problème. Ce n'est pas pour autant qu'elles vont révéler des secrets qu'elles ne souhaitent pas divulguer ou perdre leur contrôle.

"Tout le monde n’est pas réceptif"

Tout le monde est hypnotisable, simplement pas dans les mêmes conditions.

C’est un état naturel, chacun y va régulièrement dans sa journée. Vous ne vous en rendez simplement pas compte : un film, un livre qui vous emporte, qui vous procure une émotion forte, vous vous sentez complètement dedans, vous le vivez comme si c’était en partie vous, même si vous savez consciemment faire la différence. Vous êtes dans un autre état de conscience. Certaines personnes sont plus rapides à aller dans cet état d'hypnose que d'autres mais tout le monde y va, à son propre rythme. La condition primordiale est avant tout, une part de vous-même qui est d'accord.

 

Avec un hypnothérapeute, la réception de la personne va dépendre :

 

  • De l’envie de la personne d’éliminer réellement son problème : si l’envie n’y est pas, cela ne fonctionne pas. On est donc toujours libre de nous-même.
  • Du temps à respecter : ce n’est pas de la magie, plusieurs séances sont souvent nécessaires pour résoudre le problème
  • De la confiance accordée à l’hypnothérapeute : si elle n’est pas présente, il est préférable d’aller voir un autre hypnothérapeute

 

"Je risque de ne pas ressortir de l'état d'hypnose"

On ne peut pas rester "coincer" sous hypnose, on ressort de l'état, soit lorsque l'hypnotiseur l'indique, soit de manière naturelle, par soi-même.

"Je vais dormir sous hypnose"

L’idée persiste d’une déconnexion de ces perceptions sensorielles, d’être dans un état de sommeil. Le conscient reste présent en hypnose, on ne le "déconnecte pas".

 

L'hypnose permet au contraire de se reconnecter à ses sens. C'est une modification de l'état de conscience. L'hypnose favorise la détente musculaire et permet une forme de "décrochage" par rapport à la réalité. Par ce lâcher-prise physique et psychique, elle permet une mobilisation des ressources intérieures plus importantes.

 

L'hypnose ne correspond pas toujours à la perception de ce qu'on en a de prime abord. Simplement, il suffit de se laisser aller à ce qui se passe et vivre l'expérience comme une nouvelle aventure positive pour nous même.

Auteur de l'article :