Natation : la Messine Alice Aubry de nouveau performante grâce à l’hypnose

Alice Aubry veut s’impliquer davantage dans son projet sportif. C’est pour cela qu’elle a décidé de valider son master en trois ans.  Photo Pixel BK
Alice Aubry veut s’impliquer davantage dans son projet sportif. C’est pour cela qu’elle a décidé de valider son master en trois ans. Photo Pixel BK

La nageuse Alice Aubry a remporté une médaille de bronze aux championnats de France élite à Montpellier sur 200 m 4 nages. Après un an de doutes et d’échecs, comment la Messine a-t-elle rebondi ?

Samedi 17 novembre 2018 restera la date de la rédemption d’Alice Aubry. Aux championnats de France élite en petit bassin à Montpellier, la Messine a décroché la médaille de bronze sur 200 m papillon en 2’12”91. Ce n’était pas gagné d’avance car une semaine plus tôt, aux Interclubs à Sarreguemines, la protégée de Sébastien Marouzé avait bouclé cette même course en 2’18”.

 

« Franchement, c’est à peine pensable. Jamais, je n’aurais pu prévoir qu’elle gagne six secondes en une semaine. C’est énorme ce qu’a réalisé Alice. » Son entraîneur est fier et heureux de retrouver une Alice « pétillante, souriante, positive ». Car depuis 2015, depuis son arrivée à Metz, la Marnaise n’avait pas encore trouvé ses marques. Pire, la saison dernière, elle avait enchaîné les blessures et les périodes de doute, perdant totalement confiance en elle.

 

Inscription Hypnothérapeutes

 

« Elle a la banane »

« On a donc pris rendez-vous avec un programmateur neurolinguistique. Une personne extérieure qui, sous hypnose, nous a permis de reconnecter son cerveau avec le plaisir de nager déjà, puis avec le haut niveau. » Le sophrologue messin David Lumia a cherché à briser la glace et a permis à Alice Aubry d’extérioriser son mal-être. « Ses doutes lui amenaient des douleurs au dos notamment. Depuis son arrivée à Metz en 2015, elle cherchait encore sa place. Elle avait besoin qu’on l’accompagne. » Et ça a marché ! Au quotidien aussi, la demoiselle a changé. Son compagnon et préparateur physique Jérémy Vaulon trouvait que sa chérie avait perdu son dynamisme. « Elle rentrait de l’entraînement comme elle rentrerait du travail. La natation n’était plus sa passion. Depuis peu, elle a la banane et je sens qu’elle prend du plaisir à nager. »

 

Alice Aubry est tellement impliquée cette saison qu’elle a décidé de valider son master en trois ans. La natation redevient sa priorité.

 

Article relayé par rédaction de Republicain-lorrain.fr

Articles intéréssants Des articles qui pourraient vous intéresser :