Sommeil, le cauchemar d'un Français sur deux

Sommeil, le cauchemar d'un Français sur deux (Capture d
Sommeil, le cauchemar d'un Français sur deux (Capture d'écran/Tony Comiti Production/M6)

Un passionnant documentaire, qui fait l'état des lieux des différents cas de dérèglement du sommeil.

Comme boire ou manger, le sommeil est vital. Avec une moyenne de sept à huit heures par jour, nous passons un tiers de notre vie à dormir. Mais beaucoup d'entre nous sont victimes de troubles - 40 % des gamins de moins de 5 ans notamment - qui peuvent devenir insupportables. En cinquante ans, les Français ont perdu une heure et demie de sommeil. L'exposition aux smartphones et aux écrans d'ordinateur en est la principale cause. Leur lumière bleue ou blanche bloque la sécrétion de mélatonine, dite hormone du sommeil, qui régule les rythmes chronobiologiques.

 

Ce passionnant documentaire fait l'état des lieux des différents dérèglements à travers le témoignage de patients et de médecins. Gérard, la cinquantaine, traverse des crises violentes, il vit littéralement ses rêves : or 80 % d'entre eux ont un contenu négatif. Se croyant agressé, il se débat. Conséquence : sa femme fait chambre à part. Aurélie, 34 ans, est insomniaque depuis sa petite enfance. Elle décide de faire appel à la technologie : un bandeau connecté enregistre son sommeil et émet des sons censés l'aider à s'endormir… sans succès. Elle va opter pour l'hypnose. Camille, 27 ans, passe les deux tiers de son temps à dormir - 15 heures par jour. Le centre du sommeil de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière lui diagnostique une maladie rare du sommeil, l'hypersomnie. Somnambule, Adeline dort mais son cerveau reste en partie éveillé. Pour sa sécurité, la nuit tout est bouclé dans la maison. Enfin, Kheiron, jeune humoriste, se définit, lui, comme "un insomniaque heureux". Il fait de ses heures d'éveil au creux de la nuit une force.

 

Le spectateur assiste aussi à des expériences où les militaires apprennent à lutter contre le sommeil, en gérant le manque avec des méthodes naturelles, comme la méditation, la sophrologie ou le yoga. L'hypnose est aussi de plus en plus en vogue. A l'hôpital, les urgentistes l'utilisent de préférence à l'anesthésie : l'esprit endort la douleur.

 

Comme boire ou manger, le sommeil est vital. Avec une moyenne de sept à huit heures par jour, nous passons un tiers de notre vie à dormir. Mais beaucoup d'entre nous sont victimes de troubles - 40 % des gamins de moins de 5 ans notamment - qui peuvent devenir insupportables. En cinquante ans, les Français ont perdu une heure et demie de sommeil. L'exposition aux smartphones et aux écrans d'ordinateur en est la principale cause. Leur lumière bleue ou blanche bloque la sécrétion de mélatonine, dite hormone du sommeil, qui régule les rythmes chronobiologiques.

 

Ce passionnant documentaire fait l'état des lieux des différents dérèglements à travers le témoignage de patients et de médecins. Gérard, la cinquantaine, traverse des crises violentes, il vit littéralement ses rêves : or 80 % d'entre eux ont un contenu négatif. Se croyant agressé, il se débat. Conséquence : sa femme fait chambre à part. Aurélie, 34 ans, est insomniaque depuis sa petite enfance. Elle décide de faire appel à la technologie : un bandeau connecté enregistre son sommeil et émet des sons censés l'aider à s'endormir… sans succès. Elle va opter pour l'hypnose. Camille, 27 ans, passe les deux tiers de son temps à dormir - 15 heures par jour. Le centre du sommeil de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière lui diagnostique une maladie rare du sommeil, l'hypersomnie. Somnambule, Adeline dort mais son cerveau reste en partie éveillé. Pour sa sécurité, la nuit tout est bouclé dans la maison. Enfin, Kheiron, jeune humoriste, se définit, lui, comme "un insomniaque heureux". Il fait de ses heures d'éveil au creux de la nuit une force.

 

Le spectateur assiste aussi à des expériences où les militaires apprennent à lutter contre le sommeil, en gérant le manque avec des méthodes naturelles, comme la méditation, la sophrologie ou le yoga. L'hypnose est aussi de plus en plus en vogue. A l'hôpital, les urgentistes l'utilisent de préférence à l'anesthésie : l'esprit endort la douleur.

LA VIDEO DU REPLAY ESY PAR ICI :

https://www.6play.fr/zone-interdite-p_845/Sommeil-le-cauchemar-d-un-Francais-sur-deux-c_11893745

 

Article relayé par Nadia Bendjebbour sur Teleobs.nouvelobs.fr

Articles intéréssants Des articles qui pourraient vous intéresser :