Traiter la peur de mourir avec l'hypnose

IL EST TOUT À FAIT POSSIBLE DE TRAITER LA PEUR DE MOURIR AVEC L’HYPNOSE.

Changer de trottoir pour ne pas tomber face aux pompes funèbres, ou éviter à tout prix les quartiers proches de cimetières, c’est ce que peuvent subir les personnes qui ont peur de mourir et de la mort.

 

Sur cette page :

 

LA PEUR DE MOURIR

La thanatophobie, ou la peur de la mort est une phobie relativement compliquée. Beaucoup de personnes, sinon la plupart, ont peur de mourir. Certaines personnes craignent d’être mort, tandis que d’autres ont peur de l’acte même de mourir. Cependant, si la peur s’est développée au point d’en affecter votre quotidien, alors vous pourriez souffrir d’une peur à part entière.

LES ORIGINES DE LA THANATOPHOBIE

Les croyances religieuses

Pour beaucoup de personnes, la peur de la mort est liée à leurs croyances religieuses. Certaines personnes pensent savoir ce qui se passera après la mort, mais craignent de se tromper. Certains croient que le chemin du salut est très droit et étroit, et craignent que les écarts ou les erreurs puissent les amener à être condamnés éternellement.

 

Les croyances religieuses sont très personnelles, et même un thérapeute partageant la même foi ne pourra pas comprendre pleinement son patient. Si votre peur de la mort est basée sur la religion, il est très important d’expliquer votre vision de la religion si vous décidez de rencontrer un Hypnothérapeute.

La peur de l’inconnu

La thanatophobia peut prendre ses racines dans la crainte de l’inconnu. Il fait partie de la condition humaine à vouloir connaitre et comprendre le monde qui nous entoure. Que se passe-t-il après la mort ? Et puisque vous êtes en vie, il vous sera bien difficile de répondre à cette question ! De tout temps nous le savons, l’inconnu fait peur.

 

Les personnes curieuses et intelligentes seront plus sujettes à la peur de mourir, comme le sont ceux qui remettent en question leurs propres croyances philosophiques ou religieuses.

La peur de la perte de contrôle

Comme la connaissance, le contrôle est quelque chose que les humains recherchent constamment. Pourtant, l’acte de mourir est (dans l’ordre naturel des choses) en dehors de tout contrôle. Ceux qui craignent la perte de contrôle vont tenter de tenir la mort à distance grâce à une hygiène rigoureuse et parfois extrême. Tout ceci peut amener le patient à développer une forme d’hypocondrie.

La peur de la douleur, la maladie ou la perte de la dignité

Certaines personnes ayant une peur apparente de la mort n’ont pas peur de la mort elle-même. Au lieu de cela, ils ont peur des circonstances qui entourent souvent l’acte de mourir. Ils peuvent avoir peur d’être paralysé de douleur, une maladie incapacitante ou même la perte de la dignité associée. Ce type de thanatophobie peut être identifié grâce à un interrogatoire minutieux sur les spécificités de la peur. Beaucoup de gens vivant avec ce type de peur souffrent également de nosophobie, d’hypocondrie ou d’autres troubles somatoformes.

Préoccupations au sujet de parents ou de proches

Beaucoup de gens qui souffrent de thanatophobie ne sont pas autant préoccupé de leur mort, mais plutôt des conséquences de sa propre mort sur son entourage. Cela semble être particulièrement fréquent chez les jeunes parents et les parents divorcés et seuls. Ils craignent que leurs familles éprouvent de grandes difficultés financières ou que personne ne soit là pour prendre soin d’eux.

La peur de la mort chez les enfants

La peur de la mort d’un enfant peut être dévastatrice pour le parent, mais peut aussi représenter une partie saine du développement normal de celui-ci.

 

Les enfants manquent généralement de mécanismes de défense, comme les croyances religieuses et la compréhension de la mort qui aident les adultes à y faire face. Ils n’ont pas encore pleinement acquis la notion de temps, ce qui rend difficile pour eux d’accepter que les gens puissent partir sans savoir s’ils vont revenir.

 

Ces facteurs peuvent amener les enfants à un concept confus et parfois terrifiant de ce que signifie être mort. Si la crainte est considérée comme une phobie, tout dépend de sa sévérité et de la durée pendant laquelle elle sera présente. Les phobies ne sont généralement diagnostiquées chez les enfants que si les symptômes persistent pendant au moins 6 mois.

LES CRAINTES LIÉES

Il est fréquent pour les personnes qui souffrent de thanatophobie de développer des phobies et des peurs connexes. La crainte de pierres tombales, des maisons funéraires et d’autres symboles de la mort sont communs, car ils peuvent servir de rappel de la phobie principale. La peur des fantômes ou d’autres entités est également commune, en particulier pour ceux dont la thanatophobie est basée sur les facteurs religieux.

LES SYMPTÔMES DE LA THANATOPHOBIE

La simple mention de la mort ou des images dans leurs imaginaires peut déclencher une anxiété paralysante chez le patient. Les symptômes sont à classer par catégories :


• Symptômes physiques :

Vertiges, sècheresse de la bouche, des sueurs, palpitations, nausées, douleurs à l’estomac, tremblements, sensation d’étouffement, douleur thoracique ou de l’inconfort, les bouffées de chaleur ou de froid, un engourdissement et des picotements.


• Les symptômes mentaux :

Perte du sentiment de contrôle, impression de devenir fou avec des réactions automatiques ou incontrôlables, répétition de pensées sanglantes, l’incapacité de faire la distinction entre la réalité et l’imaginaire.


• Les symptômes émotionnels :

Le désir de fuir et d’échapper à la situation actuelle, évitement, l’inquiétude persistante et les pensées terrifiantes ou étouffantes. En outre, la colère, la tristesse et la culpabilité peuvent également être présentes.

L’HYPNOSE : UNE SOLUTION EFFICACE POUR EN FINIR AVEC LA THANATOPHOBIE

séance d'hypnose

Cette peur est déclenchée par une association faite au niveau inconscient entre une situation vécue réellement ou inventée et un schéma enregistré dans la mémoire émotionnelle. Le traitement par l’hypnose consiste à enrayer cette association.

 

Le travail de l’hypnose va d’abord consister à rechercher le schéma gardé en mémoire. Ce mécanisme n’est pas inné, mais c’est le résultat d’un apprentissage de l’inconscient qu’il a enregistré en vivant un certain évènement. La régression est un outil très efficace en hypnose et il va permettre de retrouver très facilement l’évènement enregistré dans l’inconscient. Le sujet sera donc confronté, au travers de son imagination, à des situations provoquant le schéma recherché. Bien entendu, il ne s’agira pas de déclencher une crise de panique, ce ne sera d’aucune utilité pour la thérapie. Le praticien prendra donc toutes les précautions pour que la séance se passe dans les meilleures conditions possibles et dans la bonne écologie du patient.

 

Les angoisses générées par la peur de mourir se traitent très facilement avec l’hypnose. Le praticien pourra également vous apprendre à reprendre le contrôle lorsque vous serez confrontés à des situations particulièrement angoissantes. Il serait également intéressant de travailler sur la peur d’avoir peur, ce sera une autre partie du travail en hypnose.

 

"Précisons tout de même qu’il ne s’agit surtout pas d’inverser la tendance au point de rendre le patient insensible au danger."

 

La durée du travail en hypnose pour vaincre sa peur de mourir variera d’un patient à l’autre, mais quelques séances suffiront pour venir à bout de ce trouble. Si vous avez des questions à ce sujet ou si vous souhaitez prendre rendez-vous, n’hésitez pas à discuter directement avec les praticiens que nous conseillons sur notre plateforme.

 

L’Hypnose thérapeutique est reconnue comme un moyen efficace de traiter divers problèmes, et de plus en plus de professionnels de la médecine recommandent cette technique.

Le déroulement d'une séance « Détendez-vous ! »

35 minutes à 1h30

Présentation

Vous apprenez à connaitre votre praticien, tout comme lui apprend à vous connaître. N’hésitez pas à lui faire part de vos appréhensions s’il y en a, il sera disposé à répondre à toutes vos questions. Le praticien considère ce que vous êtes en tant que personne dans son ensemble, et pas uniquement la problématique que vous amenez : vous êtes bien plus que votre problème et cette notion est importante pour que le changement soit durable et efficace.

Vos objectifs

Lors de cette deuxième partie, vous et votre praticien évoquerez les objectifs fixés. Il s’agit ici d’en savoir plus sur les raisons de cette séance, et les buts à atteindre pour que vous vous sentiez mieux.

Explication du travail à faire

Maintenant, le praticien à une idée de la manière dont le travail va s’effectuer. Il va vous expliquer le déroulement de la séance et vous guider. Sentez-vous libre d’exprimer ce que vous ressentez et ce dont vous avez besoin pour vous sentir au mieux pendant la séance.

La séance

« Dormez, je le veux ! » Cette formule légendaire est désormais réservée au music-hall… Pratiquée par un praticien, l’hypnose est déclenchée de manière très progressive. Vous êtes libre de parler et de répondre si vous en avez envie ou de répondre intérieurement aux questions et aux phrases qui sont dites. Tout ce que vous aurez besoin de savoir, c'est qu'a partir de maintenant le changement est en marche.

Le réveil

Même si l’état d’hypnose est loin d’être un état de sommeil, nous parlons de « réveil », une façon de revenir à la surface pour profiter des changements qui se sont effectués. Cette dernière étape est souvent l'occasion d’échanger avec son praticien sur la manière dont s'est déroulée la séance.

Présentation Vos objectifs Explication du travail à faire La séance Le réveil